Coriolanus : The Review

Non, je ne me mets pas au latin. Coriolanus est le nom d’une pièce de Shakespeare. Cette même pièce dont j’essaie d’avoir une place depuis début décembre (vous savez, elle pourrissait mon existence, et mes récap’, tous les lundis matin…). Et si à mes deux premiers essais, je me suis dis que ce n’était pas de chance mais que je n’en ferais pas un drame, je suis devenue littéralement obsédée par elle et à mon retour en Janvier, j’ai passé mes samedi matin à poireauter pour avoir une foutue petite place, supposément que debout qui plus est. Les tickets ont été vendu en quelques heures et seuls les tickets  »standing » (debout donc) pour la journée étaient encore en vente. Avec également tous les lundis, le Barclays front row for £ 10 par internet, et hormis une fois où je me suis ratée parce que je suis pas toujours très douée, y accéder relevait du miracle.

Mais à force de persévérance, et parce que j’ai une famille d’accueil bien trop gentille avec moi qui m’a litteralement obligé à y aller le vendredi matin. Sans succès pour la place mais qui m’a permis de trouver des camarades franco-belge qui étaient aussi tarés que moi et qui ont accepter de venir avec moi à 3h30 du mat’ le samedi pour camper devant le théâtre. Et en venant à 3h30, non seulement on a eu des places, mais en plus, on les a eu assises. Ce n’est pas la seule surprise qu’on a eu, en plus (ouh, le teasing….).

aka-coriolanus
L’affiche officielle

Mais Coriolanus, c’est qui ? Ce n’est pas une personne qui a vraiment existé, mais il est très inspiré de « Coriolan » dans « les vie parallèles » de Plutarque, dont Shakespeare reste rès fidèle. L’histoire se situe dans les début de la République Romaine, dans les années 500 avant J.C.
Caius Martuis, qui vient d’une famille patricienne, se démarque au combat en l’emportant contre Aufidius à Corioles, ce qui lui vaut le surnom de Coriolanus. De retour à Rome, Volumnia, sa mère, avec qui il a une relation très étroite, le convainc de se présenter aux élections consulaires. Mais sa méprise, voire haine, évidente pour la plèbe, ainsi que la machination de deux tribuns lui font perdre les élections. Pire, son tempérament très emporter le condamne à l’exil.
Défait, il rejoint humblement Aufidius, qui l’invite alors à prendre la tête de son armée et à marcher sur Rome pour se venger. De son côté, Volumnia maudit les tribuns. Coriolanus et Aufidius commencent alors le siège sans merci de Rome. Les tribuns tentent d’amadouer Coriolanus en envoyant un des ces plus proches amis et toujours partisan, Menenius, mais c’est finalement la ferveur de sa mère qui le fera revenir en arrière. Aufidius, qui était devenu jaloux du succès de Coriolanus dans son armée, profite de son retour au camp pour le faire assassiner (Merci Wikipédia !)
( Ce n’est pas réellement un spoiler. Tout le monde meurt, chez Shakespeare…)

coriolanus-tom-hiddleston-donmar
Mmm, un Tom Hiddleston tout sanglant…

Mais pourquoi me suis-je donné tant de mal pour voir cette pièce ? Déjà parce que c’est du Shakespeare et que j’adore voir du Shakespeare sur scène, mais c’était surtout à cause du cast. De trois acteurs en particulier. Alfred Enoch d’abord. Son nom ne vous dit peut-être rien, mais il a été un des nombreux acteurs qui ont joué dans Harry Potter. Il était l’inoubliable Dean Thomas. Quand j’ai su qu’il jouait dedans, j’ai eu l’envie irrépressible de le voir, alors qu’il ne m’a pas marqué plus que ça dans HP. Mais je venais plus particulièrement pour deux autres acteurs. Mark Gatiss. THE Mark Gatiss, l’unique. Sa participation à Doctor Who, autant en tant qu’acteur que scénariste, est très appréciée des fan mais surtout, il est le deuxième génie de Sherlock. Il écrit chaque saison un épisode, il écrit une grosse partie des dialogues de tous les épisodes et en plus, il joue Mycroft. Bref, c’est un homme occupé et même si je ne l’aime finalement pas plus que ça, je ne peux que reconnaitre son génie.
Mais surtout, le plus connu, j’ai nommé Tom Hiddleston. Oui, oui, celui-là même qui joue Loki dans les films Marvel, mais qui a aussi joué dans des films bien plus intelligents. C’est un acteur que j’aime bien en général et il fait parti de la liste d’acteurs que je veux voir sur scène.
Entre temps, j’ai découvert qu’il y avait un acteur de Game of thrones (Mark Gatiss mis à part), plusieurs acteurs qui ont joué dans Doctor Who et Broadchurch.

alfred-enoch-titus-lartius-photo-by-johan-persson
Alfred « Alfie » Enoch, alias, Titus Lartius dans Coriolanus, ou Dean Thomas dans Harry Potter, ou Bainbridge dans « Sherlock »
1505256_10151894792838857_102904305_n
Mark Stanley, alias The Second Citizen dans Coriolanus, ou Grenn dans Game Of Thrones…

Mais trêve de blablas. Il faut bien parler de la pièce, quand même. Je vais être honnête, je n’ai pas tout compris. Ça m’avait fait la même chose avec les autres pièces que je suis allée voir, mais celle a été la pire. Pourtant, je l’ai adoré. Peut-même que c’est ma préféré des 4 que j’ai vu en Angleterre. Sans doute parce qu’il se situe dans une période que je préfère. Et je ne peux pas dire que je n’ai rien compris. La mise en scène était tellement excellente que j’ai quand même compris le principal. Comme quoi, les femmes sont souvent plus douées que les hommes car si quelqu’un d’autre que Josie Rourke l’avait fait, pas dit que j’aurais compris.
Mais ce qui a vraiment fait la différence, ce sont les acteurs. A part 1 ou 2 deux qui n’avaient finalement pas grand chose à faire (dont Birgitte Hjort Sørensen, dont l’un des seuls trucs qu’elle a faire est embrasser Tom…Pour ceux qui pourraient connaître, elle joue dans Borgen) et le gamin, jouant le fils de Coriolanus, qui n’avait pas un rôle trop compliqué, ils étaient tous vraiment excellents. Alfred Enoch a rempli mes espérances et plus, et je n’ai pas été déçu par les autres que je connaissais vaguement. Hadley Fraser, notamment, qui joue Aufidius, l’ennemi de Coriolanus, s’est même relevé excellent.
Mais la palme revient à deux acteurs, les deux principaux que je venais principalement voir. Mark Gatiss, d’abord, entre définitivement dans mon cercle de acteurs favoris. Il est excellent, convaincant et drôle dand le rôle de Menenius. Rien que pour lui, la pièce vaut le détour.
Mais celui qui vole tout, c’est Tom évidemment. Il ne joue pas Coriolanus, il est Coriolanus. Il prouve plus de mille fois qu’il n’est pas juste la gueule d’ange qui joue Loki. Il passe même devant Colin Morgan à la place de acteur préféré. Cet homme est une vraie bête et il conquit la scène. Il sera tout seul à jouer qu’on n’en serait pas perturbé. Il est simplement magnifique (Mouiii, je suis quelque peu accro…).

tumblr_mzekvwkQMM1r89pero1_1280
Ce génie de Mark Gatiss, alias Menenius dans Coriolanus, ou Mycroft dans Sherlock, ou Lazarus et Gantok dans Doctor Who (viens d’apprendre au passage qu’il fait également le voix de Danny Boy)
coriolanus_2768141k
Tom Hiddleston et Hadley Fraser (non, Coriolanus ne meurt pas à ce moment. Il se passe bien une heure entre cette scène et celle de son assassinat)

Malgré le fait que je n’ai pas tout compris et que j’ai eu un moment de somnolence au moment du monologue de la mère (j’étais levée depuis 1h20 du mat, j’ai une bonne excuse), je n’ai pas vu passer les 2h30 que dure la pièce. Même l’agitation des membres du théâtre ne m’a que légèrement perturbé.
On a appris à la sortie que l’ambulance devait arrivée (on ne l’a jamais vu, mais passons) et qu’en plus, il n’y aurait aucun autographe de signés. Bon, ce n’est pas tout à fait vrai. Alfred Enoch s’est gentiment prêté à l’exercice avec quelques fans et mes deux compagnons ont pu avoir leur photo avec l’actrice de Borgen. Mais on a eu beaucoup moins de chance avec les autres acteurs, bien qu’on est vu Tom Hiddleston sortir et nous faire coucou.
Mais là où la soirée a réservé une bonne surprise, c’est que Tom et Matt ne sont pas les seules stars qu’on a pu voir. Pendant la représentation, alors que mon regard dérivait parmi le public, j’ai découvert Robert Knepper, alias T-Bag dans  »Prison Break ». A la sortie du théâtre, j’ai été la seule à voir Una Stubbs, aliais Miss Hudson dans la série  »Sherlock » (et vu le gros câlin que lui a fait Gatiss quand je me suis retournée pour vérifier si je n’avais pas halluciner, il y a peu de chance que je me trompe). Et au même moment que Tom est sorti, il y avait également Helena Boham-Carter avec lui, madame Tim Burton à la ville, la Bellatrix Lestranges de « Harry Potter« , la reine Elizabeth dans « Le discours d’un roi » et j’en passe. Bref, même si du coup, je n’ai pu voir Mark Gatiss à la sortie, on ne peut pas dire que la soirée aie été loupé, loin de là. Si les places n’étaient pas si dur à avoir, j’y retournerais bien.
Je passerais rapidement sur le coup de colère de la soirée, quand un groupe des fans en chaleur à couru après Tom alors qu’il rentrait chez lui (ou allait ailleurs. Je ne sais pas, je ne les pas stalker, moi!). C’est bien un truc que je ne supporte pas. Les acteurs sont des gens normaux, m***de. Qu’on les laisse vivre un peu en paix.

6e14d388gw1ebofr8q2tij20pm154teb
Voui, je l’aime beaucoup bien, Tom !

Sans pouvoir vous conseiller cette pièce puisqu’elle finit le 13 Fevrier et que si vous n’avez pas déjà vos places, il vous faudra attendre dès 3-4 heures du matin, sans avoir la garantie d’avoir une place assise, je vous conseille le théâtre, le Donmar Warehouse. C’est un de plus petit de Londres, avec seulement 250 places, et cette atmosphère intimiste n’est franchement pas désagréable. Si vous ne pouvez plus voir Coriolanus, vous pouvez toujours essayé d’aller voir autre chose.

Note : 8/10 (j’aurais mis 9 sur j’avais compris plus de dialogues. Shakespeare peut-être chiant, parfois…)

Allez, en prime, je vous mets la seule photo qu’on a pu avoir. Elle n’est pas de moi, elle est de H, mais elle a eu la gentillesse de la partager avec moi.

1378592_10202346413514682_657774629_n
On voit bien Tom et Helena, mais vous pouvez également voir Robert Knepper. C’est celui qui est de dos, avec le sac à dos…
Publicités

7 réflexions sur “Coriolanus : The Review

    1. Oui, Mark Gatiss, c’est coool. En fait, c’est surtout Londres qui est coool de proposer plein de trucs comme ça. Je ne vais pas pouvoir quitter cette ville avant un moment…

      J'aime

Un petit message pour égayer ma journée ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s