Mojo : La review !

Vendredi dernier, je suis allée voir une pièce de théâtre. L’avantage avec Londres, c’est qu’on peut aller voir une pièce de théâtre quand on veut, où on veut (ou presque) et de n’importe quel genre. Souvent, on peut même se décider le matin pour la soirée et il y a toujours des places. Donc si on se décide au dernier moment parce qu’on a croisé une affiche qui nous plaisait bien, ça marche quand même.
Sauf que Mojo, je n’y suis pas allée par hasard. Il est de notoriété que j’aime Colin Morgan. C’est mon acteur fétiche par excellence, celui qui passe avant tout le monde. Du coup, quand j’ai vu qu’il jouait dans cette pièce, ni une, ni deux, j’ai acheté mes places, les plus chères tant qu’à faire, et sans même savoir de quoi ça parlait à ce moment-là. Et après, il m’a fallu attendre 3 mois. Et après cette longue attente, j’ai finalement pu voir la pièce.

J’avais déjà fais un résumé là, alors permettez-moi de ne pas recommencer…(flemmardise, quand tu nous tiens…)

631a95dbtw1e8ggqb6t20j20hs0a0dgy

Ma première impression : C’est une pièce assez vulgaire, avec des f*ck à toutes les phrases, voire même tous les trois mots. Deuxième impression : Bordel, qu’est-ce qu’ils sont doués, ces acteurs. Troisième impression : Malgré une histoire qui ne m’intéressait pas plus que ça quand j’ai lu le résumé (je ne suis pas super fan des polars de gangs des années 50), j’ai simplement adoré. Il y a de l’humour noir à souhait et l’histoire est très prenante. En plus, en prenant les places les plus chères, on était devant, au cinquième rang devant la scène, la place parfaite pour tout voir, sans pour autant être embêté par les coulisses.

Mais ce qui fait l’essence même de cette pièce, ce sont quand même les acteurs. Ils sont tous tellement bons qu’ils méritent chacun les propres petites reviews (et je garde le meilleur pour la fin).

Tom Rhys Harries (Silver Johnny) : Je commence par lui, parce que même s’il est le centre même de cette pièce, on ne le voit que très peu. Une très courte scène au tout début, et ensuite pas avant la 2ème moitié du 2ème acte (en sachant qu’il n’y a que 2 actes, justement). Donc pour se faire une idée, c’est un peu compliqué. Mais il a bien passé 20 minutes la tête à l’envers, pendu par les pieds, et a enchainé brillamment une fois qu’il a été redescendu. En tout et pour tout, il doit dire 5 phrases, mais pour une fois que je trouve un blond mignon, je dis qu’il n’a pas mal joué. En plus, il joue le remplaçant de Ben Whishaw dans le rôle de Baby si ce dernier n’est pas là, et vu le rôle de Baby, c’est que finalement, il ne doit pas être mauvais du tout.

DO-D2-291-464x464
Tom Rhys Harries as Silver Johnny

Ben Whishaw (Baby) : Parlons de Ben, justement. Etrangement, lui, je ne l’aime pas. Il a une tête qui ne me revient pas (et pourtant, j’aime beaucoup les bruns). Mais je ne dénigre pas que c’est un bon acteur. Voire même excellent. Le rôle de Baby est sûrement le plus compliqué car dans le script, il est quand même assez déstabilisé mentalement, et ce n’est sûrement pas ce qu’il y a de plus simple à jouer. En plus, il doit chanter et il n’a pas une trop mauvaise voix. Mais surtout, dans la scène finale, on le voit pleurer, de vraies larmes, et le truc, c’est qu’il doit faire ça tous les soirs, voire même 2 fois par jour quand il y a des matinées. Petit bonus, il se balade la moitié du show avec un sabre, alors dur pour moi de ne pas apprécier son rôle !

MO-D1-238-464x464
Ben Whishaw as Baby

Brendan Coyle (Mickey) : Quand j’ai appris que le fameux Bates de Downton Abbey jouait dans la pièce, j’ai été encore plus contente. Même si je ne l’ai vu que dans cette série, je l’aime bien, et le voir dans un autre registre me comblait. Et franchement, il est parfait dans le rôle. J’avoue que ça ne s’éloigne pas tant que ça de son rôle de Bates, mais ça reste quand même différent. Déjà parce que c’est nettement plus vulgaire, et qu’il se permet moins de retenu que dans la série. Il en impose sur scène et c’est un vrai plaisir pour les yeux.

DO-D2-152-464x464
Brendan Coyle as Mickey

Rupert Grint (Sweet) : Il est celui dont j’en attendais le plus. Après tout, c’est le Ron de Harry Potter, un rôle qui risque de lui coller à la peau pendant un trop long moment. Et je dois dire que j’ai été agréablement récompensé. C’est un rôle beaucoup plus noir, plus complexe (et plus injurieux) que son rôle de Ron, et il joue le rôle de Sweet à merveille. En plus, je crois bien qu’il est celui qui a passé le plus de temps sur scène, ce qui prouve qu’il est doué dans autre chose, non ? Ce n’est pas un rôle aussi complexe que Baby, mais il joue avec beaucoup de prestance lui aussi.

DO-D2-20-464x464
Rupert Grint as Sweet

Daniel Mays (Potts) : Lui, je ne le connais vaguement, l’ayant seulement vu dans un épisode de Doctor Who. Donc comme Tom Rhys Harries, je n’avais finalement pas un passé suffisamment important avec lui pour l’attendre au tournant. Mais il joue le rôle de Pots à merveille, formant un duo très sympathique et drôle avec Rupert Grint. C’est un bon acteur qu’il faut absolument que je vois dans un autre rôle.

DO-D2-35-464x464
Daniel Mays as Potts

Colin Morgan (Skinny) : Autant vous prévenir tout de suite, mon avis n’est pas du tout objectif, concernant Colin. C’est mon acteur fétiche par excellence (oui, je me répète), que j’ai découvert dans un épisode de Doctor Who et que j’ai appris à aimer (un peu trop) dans Merlin. Pourtant, je ne suis pas à côté de la plaque que je dis que c’est un vrai bon acteur. C’est même le meilleur acteur de cette pièce après Ben Whishaw. Et encore, il vole totalement la vedette dans la dernière scène (enfin, non, c’est l’avant dernière, parce que dans la dernière il n’est plus là). Le voir dans un rôle vraiment différent de Merlin fait un bien fou, en plus, et encore une fois, il n’hésite pas à donner de sa personne pour servir son rôle. Monsieur fait encore plus d’acrobatie. Certes moins physique que lorsque je l’avais vu jouer dans The Tempest, mais il ne reste pas planton non plus. C’est vraiment un acteur à découvrir. Il est surprenant, en tout point.

DO-D2-38-464x464
Colin Morgan as Skinny

Enfin, voila ce que j’ai pensé de cette pièce. Les mots sont vraiment très crus, et ça ne peut pas plaire à tout le monde (je parle notamment de nos voisins de derrière, qui ont quitté le théâtre au moment de l’entracte). Mais on retrouve bien l’atmosphère des années 50, l’émergence du rock, les rivalités de gangs et l’univers très machiste (il n’y a pas une seule femme dans le casting, comme vous l’aurez remarqué !).
On a tenté la sortie des artistes, mais entre Tom Rhys Harries qui a été complètement ignoré par le public (j’ai réagis trop tard pour ma part, j’aurais voulu le voir pour avoir son autographe. Il fait parti de la pièce aussi, après tout), Rupert Grint qui est monté directement dans une voiture et Daniel Mays, Brendan Coyle et Colin Morgan dont on n’a même pas vu un bout de cheveux, on a été mal servie. Il y a bien eu Ben Whishaw, mais comme pour Tom, j’ai réagi trop tard pour avoir son autographe. J’étais encore coincé sur le fait qu’il a une tête qui ne me revenait pas, mais finalement, grâce à Mojo, je suis en train de changer d’avis. Bref, ils sont bons sur scènes, mais il y a des jours où ils ne prennent pas la peine de sortir (je sais que parfois, ils le font, j’ai vu les photos sur internet !). Je leur concède le fait qu’ils ont le droit d’être crevé. Ils se donnent à fond sur scène.

Ce n’est certes pas une comédie musicale, qui sont très célèbres à Londres, mais ça reste une pièce qui vaut le détour, si vous venez à Londres. La pièce a vu son compteur de représentations augmenter de deux semaines (soit 16 shows supplémentaires), c’est qu’elle doit avoir un petit quelque chose, quand même. Et puis, je songe à y retourner, et malgré mon côté très instable quand il s’agit de Colin Morgan (enfin, je n’irais pas lui sauter dessus non plus. Je ne sais même pas si j’oserais l’approcher à plus de 10 mètres. Il m’a sourit une fois, et je suis déjà toute comblée), je n’irais pas payé deux fois juste pour lui. Si je suis prête à repayer, c’est pour l’ensemble !

Prochain arrêt théâtrale : Richard II, avec David Tennant dans le rôle de Richard (oui, oui, j’essaie de faire des jalouses, là. Comme si Colin ne suffisait pas…)

Note : 9/10

(cliquez sur les photos des acteurs pour avoir la filmo, et sur l’affiche de Mojo pour atteindre le site de la pièce)

Publicités

2 réflexions sur “Mojo : La review !

Un petit message pour égayer ma journée ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s